À la conquète de nouveaux territoires

À la conquète de nouveaux territoires

En route pour la Haute Lande !

En route pour la Haute Lande ! (Photo M. D.) Publié le 01/01/2013 dans Sud-Ouest

Les élèves de seconde Services aux personnes et aux territoires (Sapat) du lycée professionnel rural Sainte-Élisabeth ont mis le cap sur la Haute Lande pour y découvrir quatre sites patrimoniaux. Ils avaient pour guide Jean-Joël Le Fur, photographe et ethnologue sur les pas de Félix Arnaudin, qui les a accueillis à Labouheyre.

Cette région monotone, inondée en hiver et sèche en été, a été sortie de son isolement par le chemin de fer qui assurait le transport des produits de la forêt et l'acheminement des voyageurs vers la côte.

Après l'observation des longues lignes droites des voies ferrées et de l'environnement de cèdres de la maison de Félix Arnaudin, les jeunes visiteurs ont fait étape à Commensacq pour y découvrir le milieu naturel : grandes étendues plates en friches, présence d'alios en sous-sol responsable des marécages qui obligeaient les bergers à utiliser des échasses pour gar- der leurs troupeaux d'ovins. D'anciennes bergeries sont transformées en maisons d'habita- tion.

Rompre l'isolement

Les lycéens qui sont engagés dans une formation de services à la personne se sont sentis totalement concernés par les conditions de vie dans un tel isolement. Plus tard, la visite d'un airial permet tait d'appréhender la vie de quartier à la fin du XIXe siècle : les maisons du maître et des métayers, la cabane du résinier, le puits, le four à pain, les chênes…

Le dernier site se trouvait à Luë, à proximité de l'église. Une croix constituée de garluche se dresse au milieu du quartier. Plus loin, au milieu d'un terrain couvert d'ajoncs, les élèves ont rencontré une autre croix de sauveté. Quatre croix délimitaient au Moyen Âge une zone de refuge autour de l'église où il était interdit de poursuivre les fugitifs.

Ainsi s'est achevée la présentation d'un territoire associant des éléments liés à la modernité, avec de grandes transformations, et les persistances paysagères.